Quelle est la différence entre les communications et la communication ?

La communication est une expérience partagée.

Les communications sont les manières dont cette expérience est partagée. *

Dans un billet récent sur la ‘Collaboration Véritable’, j’ai fait référence à un livre intitulé ‘’Midnight Lunch’’ (Diner de Minuit) écrit par Sarah Miller Caldicott. Il y a une figure dans ce livre qui décrit l’expérience partagée à un niveau Meta. Voici la figure :

1-300x245La figure est intéressante parce qu’elle positionne la Collaboration Véritable dans le contexte de l’expérience partagée générale et relative à certaines autres formes de communication Meta. Elle discute aussi du contexte général de ce que Caldicott décrit comme étant le modèle de Collaboration Véritable de Thomas Edison; les 4 phases de la Collaboration d’Équipe.

De bonnes images ne permettent pas seulement de communiquer de l’information (une image vaut mille mots), mais aussi de mieux comprendre.

La figure ci-dessus me pousse à en vouloir davantage. Donc, j’ai commencé à jouer avec le concept de l’Expérience Partagée et Collaboration.

Le mot collaboration est utilisé de manière très libérale, car il y a un intérêt bien-fondé de la part des chefs d’entreprises à utiliser la collaboration pour entraîner plus d’innovation.

Dans le monde de la technologie, les vendeurs discutent de la collaboration et comment leurs offres peuvent encourager une meilleure collaboration – des outils de vidéoconférence, des programmes comme SharePoint de Microsoft et même les manufacturiers de casques d’écoute s’intéressent à la collaboration.

Toutes les promesses des vendeurs peuvent sembler être contradictoires et confuses, mais ils ont tous raison. Leurs outils permettent une meilleure communication et/ou une expérience partagée. Mais ces outils ne permettent pas tous une Collaboration Véritable comme l’avait décrit Thomas Edison, ce qui était au cœur de son succès en tant qu’innovateur.

L’Expérience Partagée et le Niveau d’Interaction

Si nous faisons correspondre ‘L’expérience partagée’ avec la ‘Communication’ et mesurons le Nombre de Participants par le Niveau d’Interaction. Votre Expérience Partagée aura l’air de ceci :

Shared-experience-300x269

Ceci devient un cadre relatif pour les différents types de communication, facilités par les différents types de communications.

Ajouter différents types de communications au modèle

High-level-300x269Si nous revenons au modèle de Caldicott, son Apprentissage de la Découverte s’ajoute parfaitement dans le cadre, mais sa Collaboration Véritable et ses Tâches doivent changer de positions dans le cadre afin de donner du sens. Voir la figure ci-contre.

Pourquoi changer de position? La Collaboration Véritable est un processus à 4 étapes et la dernière étape requiert moins d’une douzaine d’individus en discussion interactive. Changer l’ellipse de la Collaboration Véritable au bas du graphique reflète ceci. À l’inverse, les Tâches sont définies comme étant ‘du travail à compléter ou réaliser’. Les Tâches sont accomplies principalement lorsqu’un individu travaille en ‘mode focus’ et n’interagit pas avec les autres. Ceci peut sembler contreproductif que certaines tâches puissent être accomplies avec un haut niveau de participants et un haut niveau d’interaction. Mais, c’est possible, c’est un phénomène relativement nouveau appelé la ‘collaboration de masse’, et celle-ci est décrite plus en détail ci-dessous. Les trois ellipses du modèle de Caldicott sont représentées sur le graphique ci-dessus :

  • La Collaboration Véritable est représentée par l’ellipse jaune
  • L’Apprentissage Découverte est représenté par l’ellipse bleue
  • Les Tâches sont représentées par l’ellipse rouge

ThinkstockPhotos-162813135Nous pourrions passer beaucoup de temps à utiliser des exemples de communication/différentes expériences partagées pour voir où nous pourrions les mettre dans le graphique et pourquoi. Et il pourrait y avoir beaucoup de débat autour d’où une activité peut être positionnée.

Voici quelques exemples :

  1. Une mise à jour ‘en direct’ d’un PDG face à tous ses employés se trouverait dans le coin supérieur gauche du quadrant supérieur gauche. Pourquoi? Parce qu’il y a un grand nombre de participants (chaque employé de l’entreprise) et le niveau d’interaction est très bas.
  2. Un appel téléphonique entre deux individus se trouverait tout en bas du graphique. Beaucoup d’interaction entre seulement deux personnes.
  3. Une collaboration de masse, ex. numérisation des livres, voir la vidéo TED, est seulement pratique lorsqu’un grand nombre d’individus travaillent indépendamment (des tâches en mode focus). La collaboration de masse se trouverait dans le coin supérieur droit du graphique, avec un grand nombre de participants et beaucoup d’interaction (voulant dire plus d’interaction pour effectuer le travail – plus de détails à venir).
  4. Lire un courriel écrit d’un individu à un autre se trouverait dans le coin inférieur gauche du graphique. Un petit nombre de participants (2) et peu d’interaction.

Nous pouvons positionner n’importe quel type de communication dans ce graphique. Les positions relatives des différents types de communication et les communications, démontrent une perspective relationnelle très utile, surtout lorsque vous essayer de comprendre les avantages de certains nouveaux outils pour les communications.

Voici une autre observation bien intéressante.

Une des choses que j’ai dû expliquer à mes clients, c’est qu’il y a des outils de collaboration en ‘temps réel’ et des outils de collaboration ‘itératifs’. La façon la plus facile de faire la différence est de couper la connexion ; et si la session de collaboration se termine, c’est du temps réel. Si non, c’est itératif.

Si vous êtes au téléphone et que la connexion est coupée, la conversation se termine – c’est une communication en temps réel. Si vous perdez la connexion à vos courriels pour un certain temps, vous pouvez reprendre la communication lorsque la connexion revient – c’est une communication itérative.

Ajouter la Communication en Temps Réel et Itérative au modèle

Alors que j’ai délimité différents types de communications, j’ai établi que les communications en temps réel et itératives forment toutes deux une ligne distincte sur le cadre relatif.

newob-300x266Les expériences partagées en temps réel (communication) suivent une délimitation représentée par la flèche rouge. Lorsque le nombre de participants est élevé, l’interaction est diminuée/ S’il y a moins de participants, l’interaction augmente.

À l’inverse, les expériences partagées itératives sont représentées par la flèche jaune. Pour les interactions itératives, un petit nombre de participants résulte en un niveau d’interaction plus bas; et un grand nombre de participants mène à un niveau d’itération plus élevé entre les participants.

Il faut aussi noter que la flèche itérative s’aligne avec l’ellipse des tâches, comme décrit le Caldicott. On retourne à l’exemple de collaboration de masse énoncé précédemment. C’est une forme de collaboration itérative, basée sur les tâches, elle se délimite comme décrit au-dessus.

Une observation finale : la Collaboration Véritable est définie par Caldicott comme ayant 4 phases. La première phase est l’apprentissage de la découverte, par exemple – aussi délimité sur les figures au-dessus et vous pouvez voir où les deux ellipses se croisent.

La collaboration, définie par les ‘Sessions de Brainstorming’ (où les gens se rencontrent en temps réel) où comme l’a définie la Règle des 2 pizzas (que j’ai décrite dans un billet précédent), a lieu lorsque la flèche de Temps Réel croise l’ellipse de Collaboration. Voir la figure finale ci-dessous.

final-300x268Cette Collaboration Véritable en Temps Réel est la recette parfaite pour l’innovation.

Communiquer est au cœur de chacune de nos interactions

Le cadre relatif pour les différents types de communication, nous offre une vision éclairée de la communication.

Si nos organisations communiquent mieux, elles deviennent meilleures. Meilleures, de bien des façons différentes.

Comment pouvons-nous améliorer la communication de nos organisations? Voici deux éléments transformatifs que vous pouvez intégrer :

  1. Un cadre de communications corporatives doit être formalisé. J’appelle ceci un cadre/une structure, un écosystème de collaboration corporative (ECC). L’ECC doit avoir un cadre qui supporte les besoins de collaboration en temps réel et itérative de l’organisation. Lisez ce billet afin de mieux comprendre comment formaliser ce cadre.
  2. Transformez les communications de votre entreprise pour du temps réel. Ceci aura un impact profond sur votre entreprise. Je discuterai de ceci plus en profondeur dans un billet futur.

Si vous avez besoin d’aide pour classer la mosaïque d’outils de communication de votre organisation et la transformer en tapisserie, nous pouvons vous aider. Contactez-nous.

* Ma définition de la Communication et des Communications ci-dessus, sont reliées aux interactions entre les individus. Il a été démontré que la communication peut être effectuée sans la participation d’un être humain. Dans le monde de la technologie, ceci serait généralement accepté comme étant vrai. Mais, est-ce qu’une connexion entre deux machines est une vraie connexion? Un sujet philosophique pour un autre jour…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *